Publié le: jeu, mar 22nd, 2012

Le Liban : une colonie iranienne

La réplique de la mosquée Al Aqsa, construite au Liban à quelques centaines de mètres de la frontière avec Israël, en l’honneur de la visite du dictateur Mahmoud Ahmadinejad.

Le fait que le président iranien se soit comporté au Liban en maître, voire même en seigneur de guerre inspectant l’un de ses fiefs, illustre deux dynamiques complémentaires qui « s’emboîtent » l’une dans l’autre, créant une dangereuse situation dans un Proche-Orient soumis aux menaces de l’axe Téhéran-Damas-Hezbollah-Hamas-Ankara : la volonté hégémonique des mollahs iraniens sur toute la région, mais aussi l’impuissance flagrante des pays occidentaux – notamment de l’Amérique et de l’Europe – à pouvoir s’opposer efficacement à cette stratégie… 

Contrairement aux avis aussi naïfs qu’insupportables de certains hauts responsables occidentaux envisageant de « discuter » avec le Hezbollah – comme l’a proposé récemment John Brennan, le conseiller du p r é s i d e n t Obama pour la lutte anti-terroriste -, le Hezbollah n’est pas un « parti » comme un autre sur la scène politique libanaise, qui serait un peu plus « patriote et social », mais bien le cheval de Troie stratégique de Téhéran : un mouvement fanatique religieux prêt à tout – même à sacrifier la vie de milliers de Libanais – pour défendre les intérêts de l’Iran dans ce pays.

Par Richard Darmon – photos Reuters 

Retrouvez la suite de l’article dans Israël Magazine N°118.
Abonnez-vous dès maintenant à Israël Magazine par mail : darmon7@gmail.com
ou par tél : 01-83-62-65-20 (de France) ou 08-8671599 (d’Israël).

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les tags Html: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*

Convertisseur